Vacances de février : une épidémiologiste alerte sur la gravité de la situation, la stratégie ne serait pas adaptée

Les vacances de février pourraient aggraver la situation, car la crise sanitaire serait boostée dans les scénarios les plus problématiques.

Coronavirus
Source : capture Pixabay

Le semble avoir pris un risque assez conséquent, il n’a pas souhaité reconfiner la population à l’aube des de février. Il pense sans doute que les dernières mesures pourraient être suffisantes, mais ce n’est pas l’avis de tous les professionnels. Une épidémiologiste dont les propos ont été partagés dans le Nouvel Obs n’est pas très rassurante. Elle estime qu’il est nécessaire de confiner tous les Français pour favoriser les tests.

Les vacances de février vont-elles enflammer la situation ?

Nous avons deux scénarios possibles, soit la crise sanitaire ne prend pas une ampleur conséquente dans les prochains jours grâce aux différentes mesures qui sont entrées en vigueur le 31 janvier 2021. Soit, les vacances de février se révèlent être très problématiques à cause d’une hausse des contaminations notamment engendrées par le brassage de la population. Les scientifiques étaient nombreux à demander un reconfinement, mais n’a pas souhaité les suivre.

  • Catherine Hill a pu se confier dans les colonnes du Nouvel Obs et elle estime que la situation est tout de même mauvaise.
  • Selon elle, la stratégie utilisée n’est pas adaptée à la situation et nous serions au niveau d’un plateau haut.
  • Les médecins seraient alors inquiets, car même si les contaminations sont moins nombreuses qu’en octobre 2020, elles ne baissent plus forcément.
  • Nous sommes pratiquement à 20 000 contaminations par jour avec des hospitalisations qui prennent aussi de l’ampleur dans plusieurs villes.

Par exemple, Publique a référencé près de 26 000 nouvelles contaminations à la fin du mois de janvier 2021 avec près de 3000 personnes en réanimation. Les services commencent à se tendre dans plusieurs régions et cela est très inquiétant. En effet, si la situation venait à s’aggraver, le contexte pourrait s’enflammer et les vacances de février seraient au coeur d’une violente reprise de l’épidémie. Il y a toutefois un constat puisque les contaminations ne semblent pas dépasser les 30 000 par jour, mais elles redescendent rarement en dessous des 20 000.

Pour Catherine Hill, la situation peut être tenable, mais cela ne sera plus le cas au-delà de la semaine. De ce fait, si le président de la République ne prend pas d’autres mesures dans les prochains jours, les vacances de février pourraient être catastrophiques.

Pourquoi les contaminations sont-elles si fortes ?

Il y a des chiffres qu’il faut prendre avec du recul puisque les contaminations s’articulent autour de 20 000 par jour, car la France a adopté un rythme de dépistage assez conséquent. De ce fait, plus nous testons, plus nous trouvons des cas positifs, cela est assez logique. Au vu des informations glanées sur Internet, ce ne sera pas forcément le nombre de contaminations qui serait problématique, mais le taux d’incidence et surtout les hospitalisations. Si ces dernières s’enflamment pendant les vacances de février et que les hôpitaux ne peuvent plus suivre, nous pourrions rapidement basculer dans un cauchemar qui ressemblerait de loin à celui de l’année dernière.

Toutefois, les propos d’Arnaud Fontanet ne sont pas non plus très rassurants. Via France Info, nous apprenons qu’il estime à 12 % la population qui a été infectée, cela représenterait près de 8 millions de personnes. Pourtant, le nombre de cas confirmés est de 2.7 millions, il y a donc une grande différence, il précise que la circulation du virus a été clairement sous-estimée. Dans tous les cas, les vacances de février pourraient être dangereuses alors que les admissions en réanimation prennent de l’ampleur. Selon France Publique France, ce sont près de 263 personnes en moyenne qui sont admises, cela correspond à une augmentation de 9 % en une semaine.


Jennifer Labracuol

Je suis particulièrement intéressée par l'actualité people et politique, deux sujets pourtant diamétralement opposés ! Je partage donc mon avis régulièrement dans mes articles.