Bientôt obligés de manger des insectes ? Découvrez les terribles conséquences du réchauffement climatique !

Ce sujet devient de plus en plus prédominant au sein de notre société avec les enjeux qu’il amène et les défis qu’on devra relever d’ici les prochaines années. Le changement climatique se fait ressentir de plus en plus. En effet, nous constatons tous des températures inhabituelles, des records de températures dans certains endroits du monde, les périodes de sécheresse de plus en plus intenses, les gels etc…

A l’horizon de 2050, estiment que nous serons 9 milliards d’individus sur la planète. Or, ils estiment également que la production alimentaire baissera d’ici 30 ans à cause des effets du réchauffement climatique qui commencent déjà à se faire ressentir (de 10 à 25%). Vous l’aurez compris. Construire un monde durable et sans faim est l’enjeu du siècle.

Mais alors, quelles solutions pouvons-nous trouver ? L’essentiel des solutions se trouve dans un changement total de nos habitudes alimentaires, cela commence donc dans l’assiette. Mais également d’un changement global des manières de produire notre nourriture.

Les cultures affectées aujourd’hui par le changement climatique

En effet, les producteurs de blé tirent déjà la sonnette d’alarme. Le Canada, premier producteur mondial de blé, a connu une sécheresse sans précédent. Ce qui a fortement impacté les rendements de l’an dernier.
Le Giec est formel et alerte les populations sur un potentiel risque d’insécurité alimentaire et des famines si l’on ne fait rien.

Une solution : L’adaptation

Aujourd’hui, nos habitudes de production alimentaires se basent souvent sur les pratiques intensives et la surconsommation (qu’elle soit au niveau du consommateur, que du producteur : surconsommation d’eau). Et pourtant, avec les avancées technologiques il existe aujourd’hui plein de manière de produire de la nourriture avec un gain de place et des économies en ressources conséquentes.

Certaines techniques de permaculture permettent de faire des économies d’eau considérables. Sachant que l’eau est une précieuse ressource qui risque de devenir de plus en plus compliquée d’accès dans certaines régions d’ici les prochaines décennies, si l’on continue à ce rythme là.
Ces techniques permettent également de créer des écosystèmes et de faire pousser les fruits et légumes redoutablement bien sans épuiser les terres et mieux encore… Parfois en les nourrissant ! L’épuisement des terres risque également de faire partie des enjeux des futures années.

Une autre manière de cultiver : Les cultures à la verticale! Cela consiste à cultiver des fruits et légumes à la verticale. Si vous souhaitez une image pour illustrer cela, il faut imaginer un potager mural. Véritable atout, cette technique permet un gain d’espace considérable. Il n’est plus nécessaire d’avoir un jardin pour faire pousser ses légumes. Un petit espace voire un balcon peuvent être suffisants. C’est une technique qui est en train de faire ses preuves ! Retrouverons-nous peut-être des murs de potagers dans nos habitations, résidences et même dans les villes.

Le changement commence dans notre assiette

Les changements des habitudes de consommation vont de pair avec les changements sur les méthodes de production.

Faire évoluer les habitudes alimentaires est essentiel pour parvenir à créer un modèle durable et ainsi éviter les famines et difficultés d’approvisionnement.
Tout le monde doit faire un effort et cela passe par réduire sa consommation en viande. On l’a souvent entendu et on continue de l’entendre car ce n’est pas une idée reçue ou un cliché. Les chiffres sont là pour appuyer les propos. 70% des protéines consommées en moyenne sont d’origine animale. C’est alarmant lorsqu’on sait que les sources de protéines végétales sont largement moins gourmandes en eau et autres ressources car produire moins de viande c’est produire moins de céréales pour nourrir les animaux, gaspiller moins d’eau et moins polluer. De plus, ces sources de protéines sont excellentes et parfaitement assimilées par notre organisme.
Nous pourrions largement baisser cette consommation à 50% et cela va devenir nécessaire avec une population croissante.

En dépit de privilégier une moins carnée, nous pourrions à terme nous tourner vers d’autres aliments peu utilisés voire pas du tout. Nous pourrions en effet nous tourner de plus en plus vers les algues voire même les insectes ! Cela peut en rebuter plus d’un, mais les insectes sont constitués de vitamines, protéines et minéraux et pourraient être l’avenir pour sauver l’humanité.

Alors c’est sûr, avec les mentalités de notre époque et surtout en Europe, ce n’est pas demain que l’on va se rabattre sur des mets d’insectes. En revanche, ce concept pourrait arriver bien plus vite qu’on ne le pense !

Afficher Masquer le sommaire
Accueil / Alimentation / Bientôt obligés de manger des insectes ? Découvrez les terribles conséquences du réchauffement climatique !